La couverture est vraiment belle
La couverture est vraiment belle

Résumé :

Leth Marek, champion d’arènes, se retire invaincu, au sommet de sa gloire. Il a quarante ans, une belle fortune et deux jeunes fils qu’il connaît à peine. C’est à Kyrenia, la plus grande cité du monde, qu’il choisit de les élever, loin de la violence de sa terre natale. Lorsqu’il croise la route d’un culte itinérant, une étrange religion menée par un homme qui se dit prophète, l’ancien champion ignore que son voyage va basculer dans le chaos. À Kyrenia, où l’on adore la Grande Déesse et les puissants du Temple s’entre dévorent, une guerre ouverte éclate entre deux cultes, réveillant les instincts les plus noirs. La hache de Leth Marek va de nouveau tremper dans le sang. Le plus violent des combats est celui que l’on mène contre ses propres croyances.

Mon Avis :

J’avais dévoré la saga du Puits des Mémoires, et j’avais vraiment hâte de lire un autre cycle fantasy écrit par Gabriel Katz. Et puis finalement je n’avais même pas remarqué la sortie d’Aeternia: La marche du Prophète. Et c’est en voyant une promo pour le tome 2, L’envers du monde, que j’ai réalisé qu’il avait entamé une autre série.

Du coup j’ai enchaîné les tomes et j’attendais de les avoir lu à la suite afin de pouvoir poster mes deux critiques d’affilées.

Et si il y a bien une chose à dire c’est que l’auteur nous plonge toujours aussi facilement dans son histoire. Dès les premières pages nous sommes happés par son univers pour ne plus en ressortir.

Parlons en de cet univers ; il est lourd, pour ainsi dire pesant. On sent que quelque chose de supérieur est en jeu, on voit une guerre se profiler entre trahisons, combats d’intérêts et hypocrisie. Les guerres et conflits entre religions sont un thème assez classique dans la littérature fantasy, mais la façon qu’a l’auteur de traiter son sujet est vraiment bienvenue. Rien n’est noir ou blanc, chacun est persuadé de faire le bien, de protéger son « clan », ou ne pense qu’a ses propres intérêts, mais ceux qui paraissent les plus pieux le sont-ils forcément ? Et si la vraie menace n’était pas là ?

Le personnage principal, Leth Marek, est différent des « héros » habituels de ce genre de récit : il se fait vieux, est désabusé, et souhaite mener une vie tranquille avec ses fils dans la ville de Kyrenia, haut domaine du savoir et des lois. Un comble pour un champion d’arène consacré une dizaine de fois dans un des lieux de combat les plus célèbres du monde. De plus pour lui les questions de religion n’ont pas vraiment d’importance, il ne croit plus, il en a trop vu. Le champion ne sera pas épargné… et sous ses airs bourrus, cet homme blessé et perdu en devient très touchant. La plume de Gabriel Katz est toujours aussi pleine d’émotion.

Varian lui représente le jeune idéaliste ambitieux qui rapidement apprendra que tout ses principes, toute cette doctrine religieuse n’est qu’un masque qui cache un panier de crabes au sein même du saint temple. Restera t-il du coté de la vraie justice et de sa conscience ou son ambition et l’influence de ses supérieurs le feront devenir sans scrupules ?

Desmeon est le personnage que l’on se voit juger un peu vite pour finalement revenir sur notre première idée et découvrir que sous cette façade crâneuse, désinvolte et cet humour cynique se cache un homme au grand cœur et fidèle.

Pour ce qui est des autres personnages ils sont tous très intéressants, et j’avoue ne pas avoir réussi à les cerner complètement : Qui sont ils réellement ? Quels sont leurs vrais buts ? Peut-on leur faire confiance ? Et que savent-ils d’Aeternia ? Certaines de ces questions trouveront réponses à la fin du roman, de manière assez époustouflante.

Pour conclure sur le premier tome d’Aeternia je dirais que j’ai vraiment adoré. Tout les éléments d’un bon roman de Fantasy, frayant même du coté de la Dark Fantasy, sont réunis et très bien exploités. A la fin de ce tome j’étais tellement « choquée » par le twist final ( je ne m’y attendais vraiment pas, et ça, c’est rare ) que je n’avais qu’une envie : lire le tome 2 le plus rapidement possible ! Si vous aimez la Fantasy où les émotions sont omniprésentes et l’histoire maitrisée alors je ne peux que vous le conseillez, foncez.

Publicités