Recherche

ElvenBooks

SWAP de Noël

boules-de-noel
Petit papa Swap

Après un certain retard voici enfin les photos du Swap de Noël! En effet, j’avais écris sur le blog que j’y participais avec Winry ( dont voici le BLOG, allez y faire un tour, ça vaut le coup! ), et par manque de temps, comme vous aurez pu le remarquer, je n’avais pas encore posté ce que j’avais reçu. Voici donc ce que contenait mon super colis :

20151221_115640
Ho Ho!
20151221_120112
La petite curieuse …

Ça me faisait un sacré paquet de cadeaux!! Et une fois ouvert:

20151221_120315.jpg
Une super collection de marques pages trop rigolos
20151221_120517.jpg
Des crayons de papiers tout colorés et très « girly » ^^
20151221_120656.jpg
Une petite chouette réalisée par Winry

 

20151221_120938
 un petit ourson lumineux
20151221_121036.jpg
Un bloc de post-it fun ( j’en mets partouuuuuut )
20151221_121233.jpg
Un carnet adorable
20151221_121706.jpg
Un assortiment de thé ( ❤ )
20151221_131103
Des étoiles brillantes qui ont décoré ma maison
20151221_131127.jpg
Du chocolat !! *-*
20151221_121816
Des cartes dont je me suis servi pour écrire mes voeux
20151221_131546
Ho Ho!

J’ai donc été très très gatée! Il y avais aussi une bougie à l’odeur douce et discrète que j’adore, mais j’ai oublié de la prendre en photo toute seule , ainsi que le jeu Dishonored sur pc 😦 Vous pouvez par contre les voir sur la photo récapitulant tout le contenu du swap. Je tiens à remercier 1000 fois Winry, qui m’a fait là un swap magnifique. Les cadeaux étaient parfaits et les livres <3.

20151221_131758.jpg
TADA !!

Si vous souhaitez voir ce que j’ai envoyé à Winry, c’est par là : SWAP de NOEL

L’Edit d’Alambrisa – Alix d’Angalie

51Dq5qdLafL._SX210_

Résumé :

À l’issue d’une ère de guerres sanglantes, les Hommes sont parvenus à développer une civilisation aussi pacifique que prolifique.
Tellur est un monde en Paix, un rêve devenu réalité au prix de sacrifices incommensurables? et grâce à l’Édit d’Alambrisa.

Plus de trois-mille six-cent ans après la rédaction de l’Édit d’Alambrisa, Sicara Narki accède au prestigieux statut d’Apprentie et intègre le lieu de formation des Mages les plus puissants de Tellur, sous l’égide du plus mystérieux des professeurs.
Mais elle est loin de mener au Conservatoire la vie studieuse et sereine à laquelle elle a toujours aspiré. Une série de drames sans précédent vient perturber la Paix d’Alambrisa et très vite, l’Apprentissage de Sicara prend une tournure inattendue et dangereuse qui changera du tout au tout le cours de son existence?
Et peut-être même la civilisation de l’Édit tout entière.

 

Mon Avis :

Pour commencer je voudrais remercier Livraddict et les éditions du monde premier pour m’avoir fait parvenir L’édit d’Alambrisa. Un très grand merci car je dois dire que j’ai eu un sacré coup de cœur pour ce roman. Pourquoi ? Par cette critique j’espère vous faire partager mon avis.

L’histoire débute par la présentation de note héroïne, Sicara, jeune « douée » ( entendons par là qu’elle possède des pouvoirs magiques ) qui rêve d’entrer à l’académie d’Alambrisa, et par là même d’augmenter sa position sociale, elle même venant des bas quartiers de la cité. En effet, dans les civilisations gouvernées par l’édit ( dont Alambrisa est la capitale rayonnante ), les nobles sont idéalement des magiciens, et intégrer l’académie assure cette position à ses élèves.

Il y a là une certaine originalité dans la composition de l’univers du roman que j’ai beaucoup aimé. Quant à Sicara, certes il est commun que le héros ou l’héroïne de fantasy souhaite s’élever socialement et rêve d’une condition meilleur, mais la manière dont l’auteur amène cette progression et nous présente ses aspiration est, elle aussi, originale.

Pour rester sur Sicara : j’ai beaucoup aimé son personnage. C’est une héroïne forte, qui ne s’apitoie pas sur son sort et qui est mature. Elle a été élevé sous le joug de l’édit, et le combat intérieur qu’elle mènera entre les convictions qui lui ont été inculquées depuis sa tendre enfance et ce qu’elle croit et pense être juste, représente pour moi un des gros points fort du roman. Enfin une héroïne qui sait ce que veut dire suivre son cœur, sans pour autant tomber dans le mélo ou en oublier d’utiliser sa tête.

Le second personnage principal, Ergej, est le maître d’étude de Sicara. Son évolution est également bien menée, même si un peu plus prévisible. D’abord bourru et paressant franchement cruel, il se révélera être un homme sensible, avec ses propres démons à gérer. Peut être un petit défaut au niveau de son age, mais cela n’engage que moi ( je pense que l’auteur à souhaiter le faire être le plus proche possible de Sicara, mais j’ai trouvé que cette manière de régresser son age plusieurs fois n’était pas très utile, voir contraire à l’image qu’il donne ).

Le grand méchant, ah … On dit souvent qu’un livre de fantasy se juge plus par la qualité de son antagoniste que par celle de son héros. Trouvons nous ici le vrai némésis de Sicara et d’Ergej ? La réponse est oui. Je ne spoilerais pas son nom, pour laisser un peu de suspense à ceux qui pourraient décider de lire l’édit d’Alambrisa après avoir lu ma critique, surtout qu’il n’est pas vraiment qui l’ont pourrait penser. Il y a l’individu, qui est franchement abjecte à souhait. Un grand malade je vous dit, mais d’une intelligence retorse et très fourbe. Bref, que du bonheur ! L’histoire ne se plie pas rapidement, et là où certains affrontements bien/mal paraissent parfois bien aisé, il est ici beaucoup plus nuancé. Mais n’y a t’il justement que cet individu qui représente l’antagoniste de nos héros ?

Je ne pouvais pas ne pas en parler, et cela risque de dévoiler une partie de l’histoire, du moins un de ses tenants et aboutissant. Je vous conseil donc de sauter le prochain paragraphe dans le cas ou vous ne souhaiteriez pas en savoir plus.

Le second antagoniste de nos héros est ici l’édit d’Alambrisa même. Cet édit qui à été promulgué il y a des siècle pour maintenir une paix solide à travers le monde et les royaumes fédérés à sa philosophie. Cet acte de lois avait pour but d’éliminer la « Cause », qui n’est autre que la haine, ce mot ayant été interdit. Mais pour gommer la haine du cœur des hommes il a fallut en enlever se qui la déclenche le plus souvent : l’amour. Et sans amour, une vie n’est pas une vie. L’amitié en est devenu un concept abstrait et dans la tourmente Sicara découvrira tout ces sentiments qu’elle ne comprend pas forcément. Ce qui fait de l’édit un ennemi c’est sa capacité à entraver les libertés personnelles et à amputer les citoyens de l’édit de leur émotions primaires. Et ça, c’était franchement une superbe idée. Cette dualité est le point que j’ai préféré dans le livre.

Pour terminer parlons du style de l’auteur. Il est tout à fait correct, même bon ! Les descriptions sont bien menées, tous les personnages sont bien traités. Certes il est un peu long à débuter, mais c’est essentiel à la mise en place de l’histoire et de ses enjeux. Un petit point négatif à propos des baisses de rythme, mais ça reste mineur.

Un très bon roman que je conseil donc à tous ceux aimant la fantsy avec un contexte un tant soit peu original. Je vous met également un lien pour les éditions du monde premier, dont j’adore le concept: https://editionsdumondepremier.wordpress.com/

Le Baiser de Pandore – Patrick Ferrer

Lipstick-integral-HD

Résumé :
« Un Thriller hors norme. Eros et Thanatos s’affrontent avec hargne dans ce roman policier d’une irrésistible sensualité. » NouvelObs.com

Je m’appelle Paul Heyland. Je suis flic, commissaire à la Crim’. Lorsque j’ai été affecté au meurtre de Julien Delatour, assassiné un froid matin d’hiver dans une chambre d’hôtel de luxe, je n’y ai vu qu’une sale enquête de plus… J’avais tort.

Je me souviens encore des lumières blafardes de cette salle d’interrogatoire où je l’ai rencontrée, la suspecte que tout accusait. Une Ukrainienne aux yeux gris. Belle, triste, mystérieuse. J’aurais dû me douter que tout cela allait mal se terminer mais, pour une fois, mon instinct de flic est resté muet. Pourquoi suis-je resté sourd aux voix qui me criaient à l’oreille de tourner le dos et m’enfuir ?

C’était le début de la fin. Une longue course semée de cadavres, comme autant de cailloux blancs laissés à mon intention, qui allait m’entraîner dans une poursuite effrénée jusqu’aux confins d’une Russie encore hantée par les fantômes du passé. Au bout de la route, je savais que je n’en sortirai pas indemne. Tous ces macchabées croisés durant ma carrière de flic me l’avaient déjà annoncé.

Mais depuis l’instant où j’avais croisé son maudit regard gris, je n’avais plus le choix…

« Un polar intriguant qui s’ouvre sur une scène hallucinante… Que les amateurs de Fred Vargas se rassurent, voici son digne successeur. » MonBestSeller

Le baiser de Pandore a reçu le Prix du roman numérique MonBestseller en décembre 2014.

Mon Avis :

Pour commencer je voudrais remercier Livraddict pour ses partenariats et Patrick Ferrer pour m’avoir permis de lire Le baiser de Pandore, lecture que j’ai apprécié. Il y a peu j’ai lu Le secret des Glaces de Phillippe Carter et Un taxi pour Khamut Khan de Anto Sass, et s’il y a bien une chose commune que j’avais apprécié dans ces deux romans c’est la mise en place de l’action en Russie. Et dans Le baiser de Pandore nous y ferons également un tour, ce qui, je ne le cache pas, m’a également fait apprécier le roman pour cela. Mais ce n’est pas la seule raison ( heureusement ! ).

Mais alors quoi d’autre ? Et y a t’il des choses qui, au contraire, m’ont déplu ?

Pour commencer je vais parler des personnages. Ici malheureusement rien de bien originale. Paul, notre personnage principale, incarne le parfait stéréotype du flic dur, désabusé et pragmatique et Dalia, la mystérieuse étrangère, l’ukrainienne magnifique et insaisissable ( quoi que son personnage est plutôt bien travaillé, malgré le « cliché » qu’elle est susceptible de représenter elle reste très convaincante ). Les personnages secondaires ne font pas non plus d’étincelles à eux tout seul ( le collègue qui veut bien faire etc ) mais une fois mis tous dans le panier et bien secoué on se retrouve avec quelque chose de pas mal, qui tient bien la route.

Et l’histoire quant à elle ?

Il faut dire que le style de l’auteur dans Le baiser de Pandore est vraiment bon, et le livre se lit avec une vraie fluidité malgré son épaisseur. Épaisseur qui permet beaucoup de bonnes descriptions et de dialogues fournis. Le problème c’est le rythme. Le livre se scinde en deux partie, et celle de Paris est bien plus mouvementé, bien rythmé, mais dès que l’on passe dans la seconde partie le roman ralenti pour se caler sur un rythme décousu. Dommage. L’histoire est tout de même prenante et le suspense, malgré quelques coups de mou, reste présent. Pour ce qui est de la fin, et bien elle n’est pas commune mais tout de fois un peu brutale dans le sens ou nous n’obtenons pas toutes les réponses à nos questions. Et comme toujours dans ces cas là, c’est assez frustrant.

Pour terminer cette critique je dirai que j’ai apprécié cette lecture et que les quelques éléments qui ne m’ont pas vraiment plu n’empêche pas le roman d’être bon et d’avoir été un agréable moment de lecture. Les personnages semblent lambda dans le milieu du roman noir au premier abord mais leur psychologie est travaillée et même si l’histoire subit des baisses de rythme je voulais tout autant connaître la fin, qui reste quand même très frustrante. A la demande de l’auteur je vous joins le lien universel amazone pour retrouver son livre : Amazon

Powerful Tome 1 Le royaume d’Harcilor – S.N Lemoing

couv27510493

Résumé :

Depuis douze ans, le pouvoir a été usurpé au royaume d’Harcilor.
Cyr, un homme de savoir, et son fils adoptif, Kaaz, ont constitué une école secrète.

En effet, dans ce monde certaines personnes naissent dotées de pouvoirs magiques : les Silarens.
Seulement, il n’est pas toujours aisé de déceler ses pouvoirs.
Ils seront bientôt rejoints par une jeune femme bien mystérieuse qui a beaucoup à leur apprendre.

Alors que Litar, reconnu comme l’être le plus puissant du royaume s’absente durant quelques temps, ils entrevoient pour la première fois la possibilité d’agir.
Parviendront-ils à retrouver leur liberté ? Feront-ils les bons choix ?

Mon Avis :

Pour commencer je voudrais remercier Livraddict de m’avoir permis de lire « Le Royaume d’Harcilor » en partenariat avec Sandra Lemoing. Merci également à l’auteur de m’avoir envoyé son livre au format ebook dans un joli mail personnalisé et de s’être mise à disposition en cas de questions sur son roman.

Pour ce qui est du livre justement, et bien mon avis est mitigé. Le premier tome de Powerful est loin d’être mauvais, mais il ne sera pas un coup de cœur. Pourquoi ?

Tout d’abord l’histoire : Sympathique elle nous emmène dans un royaume qui a été, il y a plusieurs années, victime d’un coup d’état. Désormais les usurpateurs règne sur le royaume d’Harcilor, et qui dit tyrannie dans un roman fantasy dit également rébellion. Et celle ci sera menée en grande partie par des jeunes adultes et des adolescent dans un monde de magie et de nature. De quoi faire une bonne histoire dans un univers très intéressant à exploiter.

Ce qui a péché, c’est plus le style. Il est simple, le langage est recherché, mais le tout rend un peu désuet, du moins très différent de ce qui se fait maintenant au niveau de la littérature fantasy. De par la manière de parler des personnages qui, pour la plupart reste des adolescents, que par les descriptions des actions. Celles si sont bien décrites, mais à vouloir trop bien écrire je n’ai ressenti aucune ferveur et très peu de passion dans les combats et les discours de nos protagonistes. Ce qui est dommage car il y avait matière à les rendre plus épiques.

Parlons un peu des personnages justement. Il y en a beaucoup, mais tous sont bien mis en avant et je n’ai pas été perdu au niveau de qui est qui. Ils ont tous une petite histoire, un passé qui impact sur leur présent, et leurs sentiments sont bien mis en avant. Mais, car il y a un mais, certains font l’objet de paradoxe dans leurs comportements. Kaaz par exemple est censé représenter le guerrier courageux et altruiste, ayant pour but de ramener la paix en se vengeant des tyrans qui ont détruit sa famille tout en protégeant les faibles. Seulement à certains passages du romans il passera de la figure forte à la figure de l’enfant boudeur, tel calimero, et ce pour des raisons ridicules. Selna aussi, elle qui devrait ressentir une haine viscérale envers son ennemi préférera être le modèle même de l’abnégation plutôt que de se venger.

Et tout ce qui m’a dérangé est en fait là. Les personnages sont trop « claires », ils veulent représenter le bien, peu importe la crédibilité de leur actions et surtout, tout ce résout trop facilement tel une flopée de deus ex machina. J’ai également eu du mal avec Selna : quand on voit toutes les compétences que l’auteur lui donne, on comprend bien vite que le livre est plié. Alors oui, c’est le personnage principal, normale qu’elle soit plus forte que les autres, mais à ce point ? Et de nouveau l’histoire subit une perte de crédibilité.

Dommage, mais il faut dire que je préfère la dark fantasy ou du moins la fantasy moins manichéenne, et pour un premier essai l’auteur s’en sort bien, car l’histoire reste agréable et rapide à lire. Il conviendra parfaitement aux amateurs de fantasy ado ou de fantasy plus légère, et pour ce qui est du tome 2 je le lirai en espérant y voir une évolution et plus d’assurance.

Pour terminer, si vous avez envie de lire Powerful : Le royaume d’Harcilor voici le lien Amazon du livre : http://www.amazon.fr/dp/1517314097 . Lisez le si vous avez du temps, car malgré ces petites coquilles l’histoire reste intéressante et l’univers à un fort potentiel, que j’attends de voir développé dans les tomes suivants.

SWAP Halloween

Trick or Treat ?
Trick or Treat ?

Et oui, nous sommes le premier Novembre, Halloween est terminé! J’ai passé une excellente soirée horrifique et il est temps de vous faire partager le colis que j’ai reçu dans le cadre du Swap d’Halloween pour lequel j’avais rédigé un billet il y a un peu plus d’un mois.

Je tiens à remercier Vache Noire pour avoir organisé ce swap, mais surtout et avant tout Rosita, avec qui j’ai pris un immense plaisir à réaliser mon premier swap :-). Sache que choisir tes livres, tes sucreries et autres douceurs, que réaliser tes grigris et marques pages m’ont vraiment enjoué!

Mais qu’ai-je reçu ?

20151021_160129

Pour une arachnophobe telle que moi, je vous laisse deviner à quel point ce fut une épreuve une fois le colis ouvert… j’avais beau savoir que c’était des fausses il a fallut que je prenne mon courage a deux mains pour justement mettre mes mains dedans !

20151030_102904

Voila le contenu de mon colis ( une fois l’épreuve des araignées passée ^^ ). Et tout ce que je peux dire c’est que j’adore! Nous étions partis sur 3 livres au lieu de 1/2, et ceux que Rosi m’a choisit sont juste parfaits ! Un mélange de Fantasy / Historique / Polar de quoi varier les genres. Des marques pages pour qu’en cas de frayeurs durant mes lectures je puisse m’arrêter sans pour autant m’y perdre, des bougies au cas ou il fasse trop noir, de l’encens qui sent bon les roses jaunes, un vernis brillant couleur mangue que j’adore, une coloration orange en bombe pour cheveux, un chapeaux de sorcière et un sac à bonbons, qui devinez, contenait justement des bonbons! J’ai vraiment été gâtée, et je ne pense pas trop m’avancer en disant que le fameux soir d’Halloween tu étais une sorcière 🙂

20151030_102920

20151030_103019

20151030_102950

20151027_001504

Vous pouvez retrouvez le blog de Rosita ici, je vous invite à y faire un tour : http://cinelire.blogspot.fr/


Quant à ce que j’avais envoyé moi: P_20151026_151922_1

  • 3 Livres
  • 2 marques pages fait main
  • Des bonbons
  • Des boites d’encens
  • Du thé en vrac avec de quoi le préparer et une recette
  • Une poupée voodoo faite par mes soins
  • Un grigri porte bonheur
  • Une lettre sur papier noir pour faire deviner mon personnage

D’ailleurs, saurez vous devinez quel personnage j’incarnais le soir d’Halloween ? Voici l’énigme:

Sorcière célèbre du 19éme siècle je suis une figure emblématique du voodoo de la Nouvelle Orléans. D’origine Créole mon personnage apparait dans des livres tel que « chasseuse de la nuit » de Jeaniene Frost ou à la télévision comme dans American Horror Story. Qui suis-je ?

Ceux d’en bas – Mariano Azuela

index

Résumé:

– Faites de moi ce que vous voudrez… Je me suis sûrement trompé sur votre compte… Il y a un long silence. Puis : – J’ai cru que vous accepteriez avec plaisir celui qui vient vous proposer son aide, une pauvre aide que la mienne, mais qui ne peut que vous rendre service… Moi, que la Révolution triomphe ou pas, qu’est-ce que j’y gagne ? Au fur et à mesure qu’il parle, il s’anime et la lassitude de son regard disparaît par instants. – La Révolution profite au pauvre, à l’ignorant, à celui qui toute sa vie a été esclave, aux malheureux qui ne savent même pas que, s’ils le sont, c’est parce que le riche fait de l’or sur les larmes, la sueur et le sang des pauvres… – Bah… Qu’est-ce que ça vient faire ?… Moi, les sermons, j’en ai rien à cirer ! s’écrie Pancracio.

Mon Avis:

Tout d’abord je voudrais remercier Babelio et les éditions L’Herne pour ce partenariat. Quant est il de « ceux d’en bas » ?

Pour commencer le format du livre est vraiment très sympathique, de la collection carnet sa prise en main est vraiment agréable et les illustrations rajoutent un plus à l’esthétique du livre.

Pour ce qui est de l’histoire, c’est un peu plus compliqué. Je ne connaissais pas grand chose de la révolution mexicaine, il faut dire que c’est un sujet que l’on étudie très peu voir pas du tout durant sa scolarité et je n’avais jamais pensée à me documenter de moi même. Je pensais en apprendre plus grâce à « Ceux d’en bas », ce ne fut pas le cas.

Ce livre se vit de l’intérieur. Ici vous n’aurez pas de grands fait historiques ni ne vivrez d’épopées aux cotés de grands personnages, au contraire, vous suivrez un groupe de petits révolutionnaires qui vivent les changements atteignant le Mexique au jour le jour et essayent de s’adapter tout en participant à la cause qu’ils défendent. Il n’ y a rien de romanesque dans ce roman, l’auteur nous présente les choses telles qu’elles sont, sans fioritures et nous montre que chacun peut apporter sa pierre à l’édifice.

Et justement, voilà ce qui m’a dérangé : le style. Alors oui, je peux aimer le style concret, précis, qui peut parfois être aussi voir plus poignant que les longues descriptions, mais là, je n’ai pas du tout adhéré. Peut être que cela vient de la traduction mais le fait est que j’ai eu du mal à suivre le récit tant l’auteur passe de l’un à l’autre de ses personnages sans nous donner d’indications d’identités ! Idem pour les descriptions, j’avais du mal à visualiser les lieux et les personnages ( et pourtant je ne manque pas d’imagination, ça je le garantie ! ). J’ai eu du mal à me plonger dans le récit et ai mis plus de temps que nécessaire à lire « Ceux d’en bas » : revenir sans cesse trois lignes en arrière pour essayer de deviner qui parle et de quoi m’a assez découragé. Ce qui est dommage car l’histoire m’intéressait beaucoup.

J’aurai préféré une plus grande mise en avant des sentiments et ressentis, que l’auteur apporte à ses personnages, ceux d’en bas justement, plus de concret, une plus grande réalité morale et qu’ils me touchent. Ce ne fut pas le cas, dommage.

Vous pouvez également retrouver cette critique sur Babelio ici

Review n°2

Coucou tout le monde ! 🙂

Voilà déjà près d’un mois que j’ai sorti ma première Review et mise à part les deux tomes d’Aeternia de Gabriel Katz qu’ai je bien pu lire ? Il faut dire qu’avec ma rentrée je n’ai pas trop eu le temps de vous tenir au courant, maintenant c’est chose faite


51Rag7gTZcL._AC_UL320_SR196,320_ 9420_1326007 Pour commencer j’ai lu les trois premiers tomes de l’exécutrice de Jennifer Estep. J’aime bien la Bit-Lit, mais j’ai de plus en plus de mal à trouver quelque chose qui sorte du lot. Et je ne sais absolument pas pourquoi, mais j’étais complètement passée à côté de cette saga. Et j’aime bien ( oui pour avoir enchaîné les 3 premiers livres vous me direz… ). Ça reste dans le modèle habituel de l’héroïne de Bit Lit mais l’univers est vraiment sympa. Les rebondissements ne cassent pas trois pattes à un canard mais les personnages sont plutôt bien travaillé.Je lirai la suite sous peu.


meg-corbyn,-tome-2---volee-noire-663756

En parlant de Bit-Lit, j’ai également lu le tome 2 de Meg Corbyn, Volée Noire. Et il était franchement aussi bon que le premier. L’univers créé par Anne Bishop change vraiment de tout ce qui a pu être fait, ces personnages sont toujours aussi importants et elle arrive à nous entraîner dans son histoire de manière inconditionnelle. J’ai hâte de lire le tome 3 !


41OoBacfmUL._SX337_BO1,204,203,200_

Toujours en Bit-Lit j’ai donc lu La communauté du Sud, Que sont-ils devenus ? Une nouvelle qui fait franchement office de fan service. Et comme pour les derniers tomes des aventures de Sookie je n’ai pas accroché. Comme le titre l’indique cette nouvelle nous montre où en sont nos personnages aujourd’hui, le problème, c’est que Charlène Harris va traiter beaucoup de personnages (trop?) dont certains que j’avais complètement oublié. Et pour Sookie… disons le franchement, elle n’était, pour moi, pas là où elle aurait dut être à la fin de la saga et cette nouvelle n’arrange pas les choses. Bref, vraiment pas essentiel à la saga.


sept_a10

Changeons quelque peu de registre pour Sept ans de Désirs de Sylvia Day, une romance historique. Ça se lit très vite, les personnages sont plus travaillés que dans Crossfire mais le déroulement de l’histoire est prévisible, le début met du temps à démarrer ( pas vraiment un point négatif puisque ça permet aux personnages de s’étoffer ), et comme toujours, trop de scène de sexe tue la romance. Dommage.


jl4937-1999

J’ai aussi fais une relecture Des Jeux Étranges du Soleil et de la Lune de Lisa Goldstein dans le cadre du Book Club de Lyon sur le thème de la nuit et du Baccalauréat n°9 de Livraddict. Je l’avais lu quand j’étais bien plus jeune, et je n’avais pas vraiment tout compris ( en même temps j’avais 12/13 ans ). Au final j’ai passé un très bon moment et sur certains passages je me disais ahhh! d’accord, maintenant je vois ^^. Joindre « l’historique au féérique » je dis oui !


9782080708915

J’ai également relu Le Songe d’une Nuit d’été ( toujours pour le Book Club ), et il reste indubitablement une de mes œuvres préférées de Shakespeare.


Toujours pour le Book Club j’ai lu Black Out de Marc Elsberg, mais il fera l’objet d’une critique à part. J’ai également lu Ceux d’en Bas de Mariano Azuela en partenariat avec babelio et les éditions L’Herne. Il fera également l’objet d’une critique.

Pour la suite je vais lire Powerful Tome 1 : Le Royaume d’Harcilor de S.N. Lemoing que l’auteur m’a envoyé en partenariat avec Livraddict et Le Baiser de Pandore de Patrick Ferrer, également envoyé par l’auteur en partenariat avec Livraddict.

Aeternia Tome 2 L’envers du Monde – Gabriel Katz

9782367403281

Résumé:

C’est l’heure du duel décisif entre les deux camps qui s’entredéchirent pour la cité mère de Kyrenia. Deux champions vont s’affronter sur le sable de l’arène, un combat qui peut faire basculer le destin d’un peuple entier. Mais quelques heures à peine avant le coup de gong, le culte du Prophète a perdu son champion. Qui affrontera le Corbeau, redoutable gladiateur du Temple ?

Déchirée par les luttes de pouvoir, la plus grande cité du monde est au bord de la guerre civile. Le culte millénaire de la Grand déesse, menacé par celui d’Ochin qui se répand comme un raz-de-marée, n’a plus qu’un recours : la violence. Entre complots, combats et trahisons, chacun lutte pour sauver sa place et parfois sa vie…

Mon Avis:

Après avoir finis La marche du prophète et son cliffhanger démentiel je me devais de lire le tome 2. Et pour cela je voudrais remercier Livraddict.fr ainsi que les maisons d’éditions Scrinéo qui m’ont permis de lire L’envers de monde en partenariat. Merci.

Quant est il de l’envers du monde alors ?

Ce deuxième tome reprend exactement là où la marche du prophète nous avait laissé, seulement voilà, il faut bien avoué que l’on est un peu perdu. Pas dans la narration, non non, mais dans le fait que tout ce que l’on croyait acquis est remis en cause. Je n’en dis pas plus, cela pourrait gâcher votre lecture.

L’histoire va vite s’accélérer, et Desmeon devient un des narrateurs principaux. Et il change. Lui aussi est perdu dans tout ces événements mais il n’en perd pas pour autant son caractère et sa manière d’être. Et le pauvre, tout comme Leth Marek lui aussi va devoir endurer beaucoup…

Varian est toujours de la partie. Il essaye tant bien que mal de garder la tête hors de l’eau tout en se rendant compte qu’il se fait manipuler. Il doute de plus en plus de sa foi et des hautes autorités de son temple.

Et nous en temps que lecteurs ? On se rend compte que l’on s’est fait berner, d’un coté comme de l’autre et vous n’êtes pas au bout de vos surprises. Dès que l’on voit une accalmie approcher les événements tragiques ou les rebondissements reviennent de plus belle.

« Attendre l’attaque comme on attend une vague, au bruit, à l’instinct, à la sensation d’écume. Distinguer l’homme derrière le jeu des postures…et frapper. »

L’auteur se cale sur la Dark Fantasy et j’en ai adoré son roman. Il est encore meilleur que la marche du prophète. Alors oui il y a des chances pour que vous soyez frustrés, que vous maudissiez Gabriel Katz pour certains de ses choix drastiques et définitifs, que vous le trouviez trop dur dans le traitement de ses personnages… Mais moi j’aime ça ! Je trouve ce style plus crédible qu’un monde tout rose ou tout va bien et ou le/les héros s’en sortent sans aucune égratignure et ou les dommages collatéraux n’existent pas ! Car oui c’est cela dont il est question, jusqu’où peut on aller pour satisfaire ses ambitions et qu’est on prêt à sacrifier pour cela ? L’envers du monde fait parti de ses romans qui, une fois terminé, vous laisseront un goût amère dans la bouche. Il faut le dire clairement, ça ne se passe pas comme on le voudrait et à chaud on ne veut pas que ça s’arrête. J’étais tellement déçue qu’il n’y ait pas de tome 3. Et puis, quelques jours plus tard, on fois que vous aurez eu le temps d’y repenser vous vous rendrez compte que la fin ne pouvait pas être meilleur et que, même si les destins de vos héros ne les ont pas menés là où vous auriez voulut, ils sont exactement là où ils se devaient d’être.

Je trouve que Gabriel Katz a fait un excellent travail sur ce diptyque, qui, que vous l’aimiez ou non, ne vous laissera pas indifférent. Le suspens est toujours présent et de plus en plus lourd. Le style de l’auteur s’y accorde parfaitement, vers la fin les chapitres sont de plus en plus courts, ne faisant que quelques pages, ils vous dirigent vers une conclusion inéluctable.

Ai-je aimé L’envers du monde ? Je crois que la question ne se pose même pas, mais au cas ou vous en douteriez encore, oui, j’ai adoré. Ces deux romans valent vraiment d’être lu et oui je le conseil fortement et j’avoue attendre avec impatience les prochains écrits de Gabriel Katz.

SWAP d’Halloween

Trick or Treat ?
Trick or Treat ?

Le 31 Octobre arrivant à grands pas je me rend compte que j’ai oublié de poster un billet pour dire que je participais au SWAP Halloween organisé sur livraddict.fr, et ce avec Rosi ( vous trouverez son blog ICI ).

Pour la compo du SWAP la voici:
◘ un livre broché ou deux livres poches ( les genres sont limités à thriller, horreur, science-fiction, bit-lit, fantasy et fantastique, bref ayant un rapport avec Halloween et les créatures machiavéliques, merveilleuses ou mystérieuses )
◘ une carte ou une lettre (sur le thème d’Halloween, scrapbookée etc.) écrite en tant que créature d’Halloween
◘ un sac à bonbons et gourmandises
◘ un certain nombre d’objets/machins/petits bidules parmi cette liste non exhaustive:

  • 2 ou 3 marque-pages parce que quand une histoire fait trop peur, il vaut mieux faire une pause dans sa lecture que de ne pas réussir à s’endormir de trouille
  • une bougie pour éclairer cette nuit tant attendue;
  • une boisson: soda, thé ou potion magique (n’oubliez pas d’indiquer leurs effets);
  • une recette d’Halloween;
  • un grimoire et autres papeteries;
  • une décoration d’Halloween;
  • du maquillage
  • une poupée voodoo;
  • un grigri porte-bonheur/amour/travail/argent/santé (barrez les mentions inutiles et oui, un porte-argent ça existe, j’ai déjà déposé le brevet !)

J’ai déjà bien avancé et choisit quel personnage je vais incarner. Je reposterai à la réception du colis de Rosi 🙂

Des bonbons ou un sort ?

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑